J’AI VU : FREE STATE OF JONES

Salut à toi ! Comme tu le vois, nouvel article, nouvelle rubrique. Cette fois ci je viens te parler d’un film que j’ai vu récemment, Free State Of Jones de Gary Ross. Film sorti le 14 septembre de cette très chère année 2016, il est toujours à l’affiche (si jamais tu veux courir le voir après avoir lu ce que je vais te dire). Sache avant toute chose que je ne vais pas te faire une analyse cinématographique ultra précise plan par plan etc, non, je laisse ça à ceux qui savent le faire. Ici, je te parlerai uniquement de la manière j’ai perçu ce film, comment il a pu me toucher (ou pas), il n’est question donc que de mon ressenti. Bref, trêve de blabla.
279399-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 SYNOPSIS

<<

En pleine guerre de Sécession, Newton Knight, courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés… Résolument engagé contre l’injustice et l’exploitation humaine, l’intrépide fermier fonde le premier État d’hommes libres où Noirs et Blancs sont à égalité.

                                                                                                                                    >>

 


 

FREE STATE OF JONES, UN FILM BRUTAL…

Alors, pour tout te dire, mes connaissances en histoire de cette époque, et de ce sujet en particulier ne sont pas très conséquentes, donc concernant la véracité des faits, je ne pourrai pas te dire grand chose, hormis que ça se tient (ça à l’air, si si je t’assure). Par le sujet qu’il touche, la guerre de Sécession (et donc l’esclavage et tout ce qui tourne autour) tu te doutes qu’on est pas là pour faire des colliers de perles. Pour moi, le film montre assez bien la brutalité du combat idéologique à l’oeuvre. Clairement, les premières minutes te mettent dans l’ambiance (et une tête qui éclate, et une pluie de corps soulevés par les obus, yay), c’est la guerre et c’est pas une blague. Ces premières minutes donnent un ton assez brut au film, on enjolive pas, on montre comment ça se passe pour de vrai (enfin c’est comme ça que je l’ai ressenti), et ce côté brut, froid, de certaines scènes leur donnent un caractère super violent. Ca vient d’autant plus montrer l’absurdité de la guerre. Âmes sensibles s’abstenir, évite de manger une méga choucroute 5 minutes avant d’aller voir ce film. Enfin, c’est toi qui voit. Mais bon.
Et pour moi c’est cette brutalité qu’on retrouve tout le long du film qui fait que ce film est particulièrement puissant, et t’amène réellement à te questionner toi même, et la société actuelle avec tout le racisme qu’elle peut encore porter. Oui, l’homme est capable des pires atrocités, à se demander où est passée la Raison parfois (partie, envolée, enfuie) (un cerveau ? pourquoi faire?). Ce film c’est le combat d’un homme mais pas que. C’est aussi celui d’une communauté oppressée, réduite en esclavage, qui va lutter au côté d’un homme. Newton Knight, joué par Matthew McConaughey, voit au delà des couleurs des individus, pour lui, le combat doit être contre ceux qui oppressent (les riches propriétaires d’entreprises, de plantations de coton notamment, oublie pas que c’est l’époque de l’avènement de la révolution industrielle, où les Rockfeller, Vanderbilt et cie bâtissent leurs empires dans le sang s’il le faut), qu’ils oppressent des noirs, des blancs, peu importe. Et pour certains des protagonistes qui le rejoignent au début dans sa désertion, tu te rends compte que c’est pas forcément la même chose pour eux. Résister à ceux qui te forcent à te battre pour qu’ils s’enrichissent, ok, mais résister pour que tout le monde vive libre et égaux, que l’esclavage soit abolit, ça plait pas forcément à tout le monde.

… ET TOUCHANT

Le film au final pour moi en ayant ce côté assez « froid », assez dur, et même brutal dans certaines scènes, permet aux moments de solidarité, de bonté, d’entraide, d’amour d’avoir d’autant plus de puissance. Ce film montre comment d’un côté des hommes se déchirent, s’entre-tuent, et de l’autre la solidarité à toute épreuve que manifestent certaines personnes. C’est l’histoire de communautés aux liens puissants. Ce film touche au désespoir de ces personnes luttant pour leur droit, jusqu’à la mort, jusqu’à tout perdre pour façonner un futur où les personnes vivront libres et égales. Et rien que par ça, par le sujet qu’il traite, sans grand mélodrame larmoyant mais avec froideur, et réalisme, c’est un film qui va potentiellement te faire verser quelques larmichettes. Et te donner des frissons. Oh que oui.
Je te laisse avec la bande annonce, qui va finir de te convaincre héhé.

► LE MOT DE LA FIN

En somme, c’est un film que je te conseille vivement, puissant et qui a une résonance actuelle (moi j’aime j’aime j’aime), avec un jeu d’acteur au poil. Par contre, j’aurais un petit bémol à mettre. Le film a tout de même un coté très « le sauveur de tous », incarné par Newton Knight, et à côté les esclaves noirs paraissent un peu comme des suiveurs (bien que beaucoup moins vers la fin du film). Pour le coup, je n’ai aucune idée si c’est un choix scénaristique, en mode « ce mec est un héros encensons le à fond il a sauvé les noirs » (je caricature hein) où si c’est la manière réelle dont les choses se sont déroulées à l’époque. Néanmoins, sur la deuxième moitié du film cela se ressent moins. Bref,  je vais arrêter le blabla, et pour résumer ma tirade interminable, va voir ce film, je t’assure que tu ne seras pas déçu. Si tu aimes les biopics, les films historiques, et surtout les sujets qui touchent aux fondements des relations entre humains, je n’ai qu’une chose à te dire : GO GO GO GO !
Et sinon, dis moi si toi aussi tu l’as vu, où si tu comptes aller le voir, vas y exprimes toi, dis moi tout qu’on en discute !
A très vite !

<<

From this day forward we declare the land north of Pascagoula Swamp, south of enterprise and east to the Pearl River to the Alabama border, to be a Free State of Jones. And as such we do hereby proclaim and affirm the following principles. Number one, no man ought to stay poor so another man can get rich. Number two, no man ought to tell another man what you got to live for or what he’s got to die for. Number three, what you put in the ground is yours to tend and harvest and there ain’t no man ought to be able to take that away from you. Number four, every man is a man. If you walk on two legs, you’re a man. It’s as simple as that.

                                                                                                                                                   >>

Newton Knight

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s